Les principes qui suivent sont en quelque sorte une compilation des informations nécessaires aux amateurs de tango argentin. L’intégration au groupe passe par la connaissance et la mise en application de ces principes, ceci pour vivre le mieux possible sa passion.

Danser en bal
Le bal est un endroit où l’on prend du plaisir et non un lieu où l’on donne un cours de danse.
« On danse en bal ce que l’on maîtrise et on danse en pratique ce que l’on ne maîtrise pas » (Carmen Aguiar).
 
Danser en silence
Ne pas raconter sa vie
 
Danser en musique
En respectant le tempo et en évitant les figures complexes hors tempo musical et qui perturbent la ronde.
 
Respecter le sens du bal
Il y a des couloirs concentriques (le couloir extérieur, où il y a le plus de dynamique, est prioritaire). N’occuper qu’un seul couloir. Ne changer de couloir que si cela est possible (ne pas dépasser par la droite). La partie centrale est réservés aux figures et aux danseurs un peu moins expérimentés). Les coins sont également réservés aux figures.
 
Respecter les cortinas
En libérant entièrement la piste et en changeant de partenaire.
 
Le guideur
est responsable de l’espace. Guider ne signifie pas « commander » mais « proposer et mettre en sécurité » le partenaire.
 
Distance
Ne pas se coller au couple qui précède et ne pas rester trop longtemps au même endroit pour éviter que le couple qui suit ne colle à son tour.
Ne pas se bloquer dans des figures qui empêchent les autres d’avancer.
Respecter les distances
Ne pas dépasser.
Rester maître de sa vitesse. Le danseur doit toujours être capable de s’arrêter, d’interrompre une figure à n’importe quel moment, d’en modifier l’ordonnancement ou la direction, pour ne jamais heurter un couple.
 
Figures
Ne pas forcer les partenaires à exécuter d’innombrables figures. Personne n'est  venue à un entraînement de triathlon !
Eviter les figures dangereuses « aériennes » comme ganchos, boleos … La milonga n’est pas un lieu d’exhibition.
Ce qui compte, ce n’est pas le nombre de figures mais le rapport harmonieux de deux corps indépendants qui trouvent leur équilibre à deux, dans la musique et le mouvement.
Les meilleurs danseurs, et ceux considérés comme les plus agréables par les partenaires sont ceux qui marchent le mieux et dont l’abrazo est élégant et raffiné.
 
Ne pas traverser la piste pendant une tanda
Faites éventuellement le tour de la piste en prenant garde aux danseurs. Ceci d’autant plus si vous avez des boissons en main ! S’assurer aussi de ne pas gêner en entrant dans la piste.
 
Savoir-vivre
En cas de heurt, des excuses seront appréciées.
 
Dimension sociale
Il est préférable de ne pas danser deux tandas à la file avec la même personne. Trois tandas dans la même soirée sont considérées comme un maximum ! Quatre, c’est carrément inconvenant (en Argentine, on dit « cafe con leche », c’est-à-dire que l’on passera la nuit ensemble). A la fin de la tanda, remercier et raccompagner sa partenaire. Profiter des milongas pour découvrir de nouveaux horizons ! Inviter des personnes avec qui l’on n’a jamais dansé … De très agréables surprises sont à découvrir.
 
Avant d’effectuer un déplacement
S'assurer par téléphone que la milonga va bien avoir lieu. Inviter ou se faire inviter en milonga.
 
En arrivant
Quand on arrive dans un bal tango (milonga), on se doit de saluer toutes les personnes présentes sans exception ; cela permet de se faire connaître et de connaître les autres également.
 
Comment inviter (pour les hommes et les femmes)
Pour inviter une personne que l’on ne connaît pas encore, afin d’éviter un refus public peu valorisant, il est plus prudent d’attendre d’accrocher le regard du partenaire convoité et l’inviter par un regard appuyé d’un signe de tête « le cabeceo ».
Cela permet d’inviter tout en respectant le souhait de cette personne qui peut accepter cette invitation ou la refuser sans devoir faire perdre la face.
Pour inviter une personne que l’on connaît déjà, on se déplace tout en faisant attention de ne pas couper une conversation avec d’autres personnes.
 
Comment inviter ou se faire inviter (pour les femmes)
Toutes les femmes qui viennent en Milonga souhaitent danser avec les hommes de leur choix. Pour cela, elles se sont préparées pour cette soirée qui devrait être une fête pour elles aussi. Malheureusement, pour des raisons particulières, ce n’est pas le cas et beaucoup de de femmes se plaignent de ne pas être invitées aussi souvent qu’elles le souhaitent.
Conseil 1 : dès l’arrivée en milonga, faire le tour de la salle, saluer et parler avec le maximum de personnes.
Cela permet de se faire connaître et donnera un regard positif des hommes sur sa personnalité ouverte.
Conseil 2 : ne pas se cacher dans les coins sombres. Ne pas tenir de longues conversations avec sa voisine (décourageant pour le danseur qui essaie de capter le regard pour inviter). Rester disponible pour une invitation à danser. 
Conseil 3 : s’installer de préférence en bordure de piste pour être mieux remarquée. Etre souriante (un visage fermé n’incite pas à l’invitation) et surtout, rester vigilante aux cabeceos qui pourraient être adressés.
 
Les femmes qui sont toujours invitées
 Il existe une certaine quantité de femmes que l’on retrouve presqu’en permanence sur la piste et pas toujours les plus jolies et les plus jeunes … Il doit y avoir quelques raisons dont voici la liste des plus importantes : aspect soigné, féminine en diable, souriante, répond gentiment à toutes conversations, accepte quasiment toutes les invitations, excellent niveau de danse, ne se cache pas dans les coins sombres, répond rapidement et sans hésitation au cabeceo.
 
Les défauts à éviter (pour les femmes)
Danser en baskets ou en chaussures plates, manque de recherche vestimentaire, se prendre pour la plus belle, se prendre pour une star de la danse et n’accepter de danser qu’avec les meilleurs danseurs ou les profs, bouder si on n’est pas invitée, refuser des invitations sans raison, donner des conseils de danse à son partenaire, faire semblant de ne pas voir quelqu’un, regarder les autres hommes quand on est déjà en train de danser.
Et surtout : refuser publiquement une invitation : aucun homme n’oubliera cet affront. Vous ne serez plus invitée par cet homme, ni par ceux à qui il en parlera, ni par ceux qui auront assisté à la scène, de peur de subir le même sort … Cela fait beaucoup de monde !